Finance solidaire : un écosystème vertueux en plein essor

Finance solidaire : un écosystème vertueux en plein essor

Plus d’un million d’épargnants ont déjà souscrit un produit de ces finances solidaires. En 2014, l’épargne solidaire a affiché un chiffre supérieur à 6 milliards d’euros, augmenté de 13,6 % par rapport à l’année précédente, mais demeure  infime par rapport  à l’ensemble de l’épargne financière des ménages français, juste une proportion de 0,16%.

epargne.jpg

Le fonctionnement de la finance solidaire  et les acteurs qui y interviennent déterminent  sa position sur le plan économique national.

Le fonctionnement de la finance solidaire

En général, la finance solidaire rassemble tous types d’épargnes destinées au financement d’activités à caractère social qui ne sont pas nécessairement rentables dans l’immédiat. Malgré les caractères communs, il existe des différences d’utilité entre la finance solidaire et la finance éthique, le microcrédit et à l’investissement socialement responsable.
 finance.jpg

La finance solidaire inclut des organismes de financement disposant de statuts spécifiques et fournissant des ressources financières à certaines structures de l’économie sociale et solidaire, entre autres des associations, des coopératives ou à des individus qui ne peuvent pas intégrer les circuits bancaires traditionnels. La finance solidaire collecte l’épargne des particuliers qui en admettent  une rémunération relativement  basse par rapport à d’autres systèmes financiers. En effet, ces particuliers deviennent épargnants solidaires en suivant deux démarches dont l’investissement solidaire et l’épargne de partage. Les individus peuvent faire appel à des huissiers pour gérer leur argent, par exemple pour la gestion locative avec http://www.tggv.fr

Les acteurs de ce nouvel écosystème

Les acteurs de ce nouvel écosystème représentent environ 10% de l’emploi salarié français et rassemblent des associations, des coopératives, des mutuelles, des fondations et des syndicats. Cet écosystème privilégie l’humain d’où son caractère social qui prime par rapport au capital et d’où son but principalement non lucratif. Cet écosystème est solidaire du fait qu’il déploie des modèles de développement et de financement différents des modèles traditionnels et qui se proposent de réinsérer des personnes en situation difficile. En effet, les fonds de la finance solidaire sont destinés au social et se répartissent notamment dans le logement social (37%), dans l’environnement (39%), dans l’insertion sociale par l’emploi (18%) et dans la solidarité internationale (6%). Les acteurs de ce nouvel écosystème ont amené plusieurs initiatives non négligeables qui gagnent du terrain du jour au lendemain.

 

Author: Margot

Share This Post On